CHARLES VII


CHARLES VII
CHARLES VII

CHARLES VII (1403-1461) roi de France (1422-1461)

Fils de Charles VI et d’Isabeau de Bavière, le futur Charles VII était comte de Ponthieu et devint dauphin de Viennois à la mort de son frère Jean en 1417. Il apparut donc tardivement aux côtés de Bernard d’Armagnac, comme le chef du parti hostile à la politique réformatrice et souvent démagogique du duc de Bourgogne, parti lui-même discrédité par la violence de la réaction anticabochienne des années 1413-1418. Éloigné de Paris par la domination bourguignonne en 1418, puis déshérité par son père et déclaré bâtard par sa mère (traité de Troyes, 1420), il prit cependant le titre de roi à la mort de Charles VI (21 octobre 1422), mais il ne fut vraiment reconnu comme tel qu’après le sacre. Jusque-là, l’usage courant de la Cour ne lui accordait que le titre de dauphin.

Établi en Berry et en Touraine (notamment à Loches et à Chinon), Charles VII était fort de la fidélité des provinces du Centre et du Languedoc, d’où il tira l’essentiel de ses ressources. Pour gouverner, au contraire, il dut improviser avec un personnel généralement nouveau et peu au fait des affaires. Le Parlement qu’il organisa à Poitiers et la Chambre des comptes qui fut établie à Bourges furent, pour l’essentiel, peuplés d’officiers naguère éliminés à Paris par les Bourguignons, de telle sorte que l’administration fut plus facilement efficace que le gouvernement. La défection d’officiers demeurés à Paris et tardivement ralliés à Charles VII renforça, surtout à partir de 1430, les structures administratives de la monarchie.

L’intervention de Jeanne d’Arc et l’énergie de quelques capitaines, parmi lesquels le bâtard de Louis d’Orléans, Dunois, sauva Charles VII de la catastrophe qu’eût été la prise d’Orléans par les Anglais, symbole de la résistance à l’étranger. Le sacre de Reims (17 juill. 1429), terme d’une randonnée où purent se manifester la fidélité des populations (il n’y eut de réticences qu’à Troyes) et parfois leur enthousiasme, apparut surtout comme le jugement de Dieu, reconnaissant la légitimité de l’héritier, auquel l’opinion publique fut d’autant plus sensible que le prétendant anglais Henri VI dut se contenter, deux ans plus tard, d’un sacre parisien, faute de pouvoir gagner Reims en toute sécurité.

La reconquête des régions au nord de la Loire fut entreprise dès le temps de Jeanne d’Arc. La réconciliation de Charles VII et du duc de Bourgogne, rendue possible par la modération des deux princes et par l’obstination des Anglais (traité d’Arras, 1435), facilita la reprise des villes où l’adhésion au parti bourguignon ne soutenait plus la résistance militaire de garnisons anglaises souvent insuffisantes. Paris fut livré par les Parisiens aux troupes de Richemont (1436). La chute de Pontoise, en 1441, permet le rétablissement des relations avec le nord du royaume. Le pays de Caux et la région de Vire se soulevèrent. Les Anglais négocièrent une trêve (Tours, 1444), que le roi de France mit à profit pour renforcer sa puissance. Il réorganisa en particulier son armée et resserra l’alliance bretonne, précieuse pour la reconquête de la Normandie. Au cours de la dernière phase de la guerre (1449-1453) furent successivement occupées la Normandie (Formigny, 1450) et la Guyenne (Castillon, 1453), où le roi eut l’habileté de confirmer les privilèges et d’empêcher toute réaction contre les anciens fidèles du Lancastre. Rares furent ceux qui jugèrent opportun de fuir en Angleterre.

Le règne de Charles VII n’est pas seulement un difficile parcours de l’humiliation à la victoire. C’est aussi le temps de l’organisation définitive d’institutions essentielles au gouvernement monarchique. Ayant obtenu des assemblées locales et des états généraux ou provinciaux les impôts nécessaires au financement de la guerre, Charles VII sut, avec l’aide de Jacques Cœur, son grand argentier, habituer ses sujets à la permanence de l’impôt et put, dès le milieu du siècle, éviter de convoquer les états généraux et se passer du consentement qui semblait indispensable pour la levée de toute ressource extraordinaire. L’impôt permanent, c’était la reconnaissance d’un droit monarchique étranger au droit coutumier selon lequel le roi devait vivre de son revenu domanial, comme une personne privée. C’était aussi le moyen d’une puissance assurée par une force militaire permanente. Dès 1445, Charles VII dotait son armée de structures adaptées au maintien d’une force armée en tout temps: les compagnies de l’ordonnance étaient soldées régulièrement, cependant que les autres compagnies étaient dissoutes, la guerre finie; les unes assuraient la soumission des autres. L’efficacité des grandes institutions judiciaires et financières fut accrue, de même que satisfaction fut donnée au particularisme des provinces, par une multiplication des ressorts qui décentralisa partiellement la fonction administrative.

La crise du Grand Schisme d’Occident avait été favorable au renforcement de l’autorité royale sur le clergé français. La publication en France des canons du Concile de Bâle fournit l’occasion d’assurer cette autorité: le roi fit examiner ces canons par l’assemblée réunie à Bourges en 1438 et il les publia, amendés, en une pragmatique sanction qui fonda en droit la position du roi comme «première personne ecclésiastique du royaume». Ce fut surtout, pour trois quarts de siècle, la base de négociations avec la papauté.

Charles VII se méfiait de Paris, où il avait vécu des jours difficiles dans son enfance. Il fit passer la prévôté des marchands aux mains d’officiers de justice ou de finance qui assurèrent la tutelle de la capitale. Pour sa résidence, le roi continua de préférer les petites villes du Val de Loire et ses châteaux de Touraine et de Berry. Capitale administrative, Paris cessa d’être la résidence principale du roi, de la cour et de l’aristocratie.

La personnalité de Charles a sensiblement évolué en quarante ans de règne. Médiocrement énergique, très affecté par la maladie de son père et par le reniement de sa mère, le roi de Bourges apparaît parfois comme un velléitaire qui laisse condamner Jeanne d’Arc, peut-être afin de ménager ses adversaires avec lesquels il espère traiter. Plus puissant que ses ancêtres et maître d’un royaume où, passée la tentative féodale dite de la Praguerie (1440), la monarchie l’emporte sur tout système de partage de la puissance publique, il apparaît encore comme très influençable, souvent dominé par des favoris (Richemont, La Trémoille, Brézé) et même par sa maîtresse Agnès Sorel, du moins de 1444 à 1450. Mais la seule faiblesse sérieuse de la fin du règne est l’insoumission du dauphin Louis, flagrante dès 1447 et sans cesse aggravée; à la mort de Charles VII, le dauphin, futur Louis XI, était en révolte ouverte et réfugié à la cour de Bourgogne.

Charles VII
(1403 - 1461) roi de 1422 à 1461, fils de Charles VI. Sa légitimité (contestable selon le traité de Troyes) fut reconnue par les Armagnacs. Les victoires de Jeanne d'Arc sur les Anglais lui ouvrirent le chemin de Reims, où, appelé jusque-là le "roi de Bourges", il se fit sacrer en 1429. L'impulsion donnée par Jeanne se poursuivit: en 1453, les Anglais ne conservaient plus que Calais. Charles VII fortifia l'autorité royale par la création d'une armée et d'impôts permanents (taille, aides), et restreignit (1438) le pouvoir du pape sur l'église de France.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Charles VII — may refer to: Charles VII of Sweden, actually Charles I of Sweden (1161–1167) Charles VII of France, the Victorious (1403–1461) Charles VII, Holy Roman Emperor (1697–1745) Charles III of Spain and Charles VII of Naples (1716–1788) Carlos María de …   Wikipedia

  • Charles VII — 1. ( Charles the Victorious ) 1403 61, king of France 1422 61 (son of Charles VI). 2. (Charles Albert) 1697 1745, elector of Bavaria 1726 45; emperor of the Holy Roman Empire 1742 45. * * * I born Feb. 22, 1403, Paris, France died July 22, 1461,… …   Universalium

  • Charles VII — (1403 1461)    king of France    Born in Mehun sur Yèvre, near Bourges, Charles VII, king of France (1422 61), was the oldest surviving son of King charles vi and isabeau of bavaria. During the civil war between the Armagnacs and the Burgundians …   France. A reference guide from Renaissance to the Present

  • Charles VII —  Cette page d’homonymie répertorie les différents souverains partageant un même nom. Charles VII est un nom porté par plusieurs souverains européens. Charles VII (v.1130 1167), roi du Suède de 1161 à 1167 Charles VII (1403 1461), roi de… …   Wikipédia en Français

  • Charles VII — noun King of France who began his reign with most of northern France under English control; after the intervention of Jeanne d Arc the French were able to defeat the English and end the Hundred Years War (1403 1461) • Syn: ↑Charles • Instance… …   Useful english dictionary

  • Charles VII — /tʃalz/ (say chahlz) noun ( Charles the Victorious ), 1403–61, king of France 1422–61 (son of Charles VI of France) …   Australian English dictionary

  • Charles VII — biographical name 1403 1461 king of France (1422 61) …   New Collegiate Dictionary

  • Charles VII de France — Charles VII Charles VII Titre Roi de France …   Wikipédia en Français

  • Charles VII of France — Charles VII the Victorious Portrait of Charles VII, by Jean Fouquet, tempera on wood, Louvre Museum, Paris, c. 1445–1450 King of France Reign …   Wikipedia

  • Charles VII De France — Charles VII Roi de France …   Wikipédia en Français